Logo
Installez l'application sur votre écran d'accueil pour y accéder plus rapidement.

Appuyez sur Share puis "Sur l'écran d'accueil"
8. Gustave Courbet à Vevey

Château - quai Roussy

Gustave Courbet à Vevey

Présences en façade et au musée

Très vite, Gustave Courbet s’intègre à la vie locale. On le voit chanter dans la chorale de Vevey…

À 800 mètres en suivant le bord du lac, un immeuble du quai Perdonnet (2, place de l’Ancien-Port) s’enorgueillit des deux extraordinaires médaillons qu’il a sculptés en mai 1876 dans la molasse verte : La Mouette du lac Léman, poésie.

Courbet destine à la vente ce moulage (seul exemplaire connu) qu’il a tiré de sa sculpture et qu’il présente à l’exposition du Turnus de Lausanne en 1876.

Gustave Courbet au Musée Jenisch

Ouvert une vingtaine d’années après la mort du peintre, le Musée Jenisch Vevey conserve plusieurs témoignages de son génie, notamment l’étonnant Portrait de Max Buchon (1844) et un somptueux Coucher de soleil sur le Léman (1874).

Dans ce portrait en pied, le peintre représente son meilleur ami, le poète, romancier et penseur Max Buchon (1818-1869) dont il a, à dix-neuf ans, illustré les Essais poétiques (1839). Buchon sera également l’un des personnages du chef-d’œuvre L’Atelier du peintre (1855).

Portrait du peintre Wilhelm Leibl, 1869-1870. © Musée Jenisch Vevey. Photos: Julien Gremaud Portrait du peintre Wilhelm Leibl, 1869-1870. © Musée Jenisch Vevey. Photos: Julien Gremaud

Le peintre Wilhelm Leibl (1844-1900) est l’un des fers de lance du Réalisme en Allemagne. À l’Exposition internationale de Munich où il expose son Portrait de Madame Gedon en 1869, il se lie avec Courbet qu’il ira retrouver à Paris.

Réalisé peu après son arrivée sur la Riviera vaudoise, le plus célèbre Léman de Courbet…

(don de Juliette Courbet, sœur de l’artiste, en 1915)

Destiné à un petit journal littéraire, cette lithographie a été censurée « à cause du bonnet phrygien » .

Courbet peint cette vue depuis sa terrasse ombragée qui, entre les platanes, laisse apparaître des morceaux de lac.

Peinte au seuil de la mort, cette Vague, l’une des plus noires de Courbet, clôt une série initiée à la fin des années 1860 et semble chargée d’un pressentiment funeste.

Moulage mortuaire de la main de Gustave Courbet.